Confiance et Management rationelComment rétablir la confiance et la mobilisation entre les équipiers du changement permanent : actionnaires, dirigeants, managers et collaborateurs ? Qu’elle nouvelle histoire les leaders de l’entreprise ont–ils à raconter, sans tomber dans les « bisounourseries d’affichage et de communication déjà vues »? La confiance, c’est CAPITAL et se mesure rationnellement et cela passe passe par votre expert-comptable…

L’engagement et la coopération ne se décrètent pas… Il s’agit d’une émergence de survaleur sociale de performance (Goodwill Social), qui répond aux attentes fondamentales des équipiers : le sens du travail et la confiance mutuelle entre l’individu et l’entreprise, constituent les contreparties nécessaires à une mobilisation forte et durable.

« Mais améliorer sa performance, c’est d’abord ne pas la dégrader » et le désengagement lié à une non-qualité du travail réduit déjà fortement la performance de nos entreprises : en 2011, il représentait 12 % du PIB français soit 250 milliards d’euros ou 13 500 €/salarié/an.

Les collaborateurs sont alors en droit de réclamer un « engagement de transparence et de qualité » aux dirigeants, qui peut s’exprimer en ces termes:

« Votre critère de performance étant l’EBIT (le résultat opérationnel exprimé en €), nous vous accorderons notre confiance sur votre demande nouvelle d’engagement, à la condition que celui-ci soit mesuré au même niveau stratégique que l’EBIT et qu’il soit réciproque sur la qualité du travail qui est de votre responsabilité et la qualité de vie au travail que nous avons à construire collectivement et individuellement. On aura alors un « I BET, Je parie sur le Capital humain », qui viendra éclairer l’EBIT dans une lecture intégrée de performance socioéconomique ».

Anglais maîtrisé

Ses thèmes préférés